Scolarisation de la jeune fille au Niger, ce qui est, et ce qui doit être !

Un communiqué de presse de la banque mondiale en date du 11 juillet 2018 révèle des chiffres assez interpellant sur la scolarisation de la jeune fille.

En effet selon le rapport intitulé : Missed Opportunities : The High Cost of not Educating Girls, moins d’un tiers des filles vivant dans les pays à faible revenu vont au terme de l’enseignement primaire et que seule une fille sur trois achève le premier cycle du secondaire.

Au Niger ces dernières années la question de la scolarisation de la jeune fille a fait couler beaucoup d’encre et de salive, plusieurs programmes ont par ailleurs été mis en place dans ce sens, des résultats ont même été observés dans ce domaine si on en croit les chiffres qui font état d’un taux d’achèvement passé de 25,8% en 2006 à 69,5% en 2016[1], ce chiffre qui a sans nul doute aujourd’hui en 2018 connu une hausse est certes encourageant, force est cependant de faire un autre constat en se penchant sur la question, dernier constat qui par ailleurs n’est pas aussi enthousiasment que le premier.

En effet, pour en donner, les politiques mises en œuvre par le gouvernement du Niger et certains organismes pour encourager la scolarisation de la jeune ont donné des fruits, mais lesquels fruits ?

Au Niger en zone rurale surtout, même si cela se retrouve aussi en zone urbaine sous une forme déguisée, beaucoup de facteurs font que l’éducation de la jeune fille puisse être assimilés à une fusée qui est lancée dans l’espace avec assez de carburant pour faire la moitié du parcours et s’écraser sur le sol sans atteindre sa destination, erreur humaine, sabotage, vas savoir !

Si elle est envoyée à l’école, c’est pour des motivations autres que de la voir y réussir, s’épanouir et contribuer à sa façon au développement du pays, de qui envoi sa fille à l’école pour percevoir une bourse, à celui qui l’y envoi juste parce que l’instituteur à insisté ou encore celui qui l’y envoi en attendant que son époux à qui elle a été promise dès son très bas âge revienne d’exode on aura tout vu. En effet nos contacts nous ont rapporté que dans ces zones rurales, beaucoup si non toutes les jeunes filles sont données en mariage avant d’avoir atteint l’âge de la puberté, et ce malgré toutes les conséquences néfastes dont ces populations sont désormais au courant à travers les sensibilisations des structures sanitaires et des différents organismes humanitaires, à quoi nous ajoutons ce que le bon nous aurait permis de constater et nous parer contre, à savoir les complications que connaissent ses jeunes filles après avoir donné naissance, car de qui devient fistuleuse à qui ne peut plus procréer, ou celles qui y laissent leurs vies le bilan s’avère assez amer.

Celant étant la conséquence combinée d’une ignorance à tous les niveaux, et de la mauvaise foi de certains décideurs qui préfèrent se remplir les poches plutôt que de garantir une bonne éducation à la jeunesse, gage de tout développement. Il est impératifs que des mesures soient prises pour un accompagnement véritable de la jeune fille dans son processus d’éducation, et cela passe forcément par un travail de sensibilisation de la population rurale sur l’importance véritable d’envoyer leurs enfants à l’école, en l’occurrence la jeune fille, en leur faisant comprendre que oui, la finalité est peut-être qu’elle devienne une épouse, une mère, mais qu’il est sans nul doute meilleur qu’elle soit une mère instruite, cela pour son propre bien être à elle et celui de sa famille toute entière.

[1] Article publié par l’agence Nigérienne de presse, (ANP) Décembre 2017, www.anp.ne

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s